Identifiant
Mot de passe
Lundi 23 Octobre
 
BG&E Myth sur Youtube
BG&E Myth sur Twitter
 
Rubrique "Le jeu"
Histoire
Personnages principaux
Ennemis
Darkroom, Code Internet & classement
Armes & véhicules
Galerie & Fan art
Solution
Presse
Acheter le jeu
Fiche technique
Téléchargements
Rubrique Hillys
Présentation
Ecosystème
Lieux
Mdisks
Services
Les Hillyens
Rubrique "Plus d'infos"
Anecdotes et détails amusants
Evolution des persos
Création du jeu
Beyond Good & Evil 2
Beyond good and evil : Le film
Michel Ancel
Rubrique Goodies
Musiques
Vidéos
Looker son pc
Jeux
Rubrique "Le site"
Chat
Forum
Nous contacter
Le retour de BG&E, pas un risque d’après Yves Guillemot

Le retour de BG&E, pas un risque d’après Yves Guillemot

News postée le par

Vous le savez, les critiques élogieuses à sa sortie n’auront pas suffi, Beyond Good & Evil a été un échec cuisant commercialement pour Ubisoft. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la firme française a été plus que frileuse pour mettre en route le développement d’une suite puisqu’il aura fallu attendre 14 ans pour une annonce en bonne et due forme !

Mais, malgré ce déficit de confiance, Beyond Good & Evil 2 est bel et bien là et Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft, pense que le risque de faire revenir la franchise est mesuré, comme il l’explique à Games Industry :

Je ne pense pas qu’il y ait un risque ici. Eh bien, il y a toujours un risque quand nous créons des jeux, mais je ne pense pas qu’il y ait autant de risques parce que Michel Ancel a connu de nombreux projets.

Le premier Beyond Good & Evil était très bon, Michel a fait ce qu’il souhaitait et ce que nous pensions être le meilleur pour les joueurs. Mais il y a une chose que nous n’avons pas regardée : c’est combien de joueurs exactement étaient intéressés à l’époque par les personnages féminins, un monde de la science-fiction, etc.


Une des raisons de l’échec de BG&E est due à un mauvais choix stratégique concernant sa date de sortie, il faut en effet rappeler que le jeu est arrivé dans une période surchargée où même les jeux Ubisoft se faisaient concurrence. Yves Guillemot pense cependant que l’insuccès du jeu de Michel Ancel est plutôt dû à la cible restreinte ainsi qu’au fait que les joueurs de l’époque étaient tournés vers d’autres types de jeux :

Ça peut sembler bizarre à dire, mais à l’époque on avait beaucoup d’hommes qui jouaient aux jeux vidéo et ils voulaient certains types de jeux. Toutes les femmes qui ont vu Beyond Good & Evil l’ont adoré, et c’était une grosse surprise. Et beaucoup de personnes voulaient quelque chose de différent, et ils l’ont adoré.

C'était une grosse surprise car normalement les analyses du marché vous auraient dit de ne pas le faire. Ca ne s'est pas très bien vendu parce que ça ne répondait pas à la majorité, mais une minorité l'a tellement adoré que ça a créé quelque chose de différent.


Si le patron d’Ubisoft n’est pas inquiet concernant cette suite, c’est peut-être parce que, cette fois, Michel Ancel a pris en compte ces informations et sait à qui il s’adresse :

Maintenant, parce qu’on a fait plus de jeux, Michel va continuer de prendre des risques — comme vous pouvez le voir — mais il a plus d’informations et répond automatiquement beaucoup plus [aux attentes] de la majorité des joueurs.


Si commercialement Beyond Good & Evil n’a pas été le carton espéré, le Breton explique que le jeu a, indirectement, énormément apporté à la société. Il n’a pas oublié que c’est grâce à Beyond Good & Evil que Peter Jackson, réalisateur des films Le Seigneur des anneaux, s’est rapproché d’Ubisoft pour l’adaptation de King Kong. Le jeu aura aussi permis à l’éditeur français d’améliorer son image et d’attirer les talents :

Et le marché a évolué. C'est bien plus ouvert que ça ne l'était à l'époque. Je me rappelle quand on a la lancé Beyond Good & Evil, on avait beaucoup de critiques dans les magazines et sur les forums et qui étaient assez dures avec nous. Mais pour nous ce n'était pas un problème car nous étions fiers de ce jeu.

Il ne s’agit donc pas de la rentabilité à court terme, mais il faut aussi regarder ce que, à long terme, une création apportera à l’entreprise.


La confiance d’Yves Guillemot en BG&E 2 est vraiment rassurante pour l’avenir de la franchise et la trilogie souhaitée par Michel Ancel. On espère seulement qu’en faisant le choix de plaire au plus grand nombre, Beyond Good And Evil 2 ne termina par en produit tiède et impersonnel trop calibré pour la masse.
 
Vos commentaires
Consulter le profil de cette personne
ayla1995
Message posté le 13 Août à 11h02
Citer ce message
Justement, BGE avait ce truc de spécial, cette raison pour laquelle on l'aime tant sans pouvoir vraiment l'expliquer. Ma mère n'a pas compris pourquoi j'avais pleuré de joie à l'annonce de la suite, elle savait que je serai contente mais pas à ce point^^

Du coup j'espère que BGE2 ne sera pas un jeu commercial sans âme juste pour éviter un échec au niveau des ventes... Même si c'est un préquel, on espéré retrouver ce "truc".
Cette news est verrouillée, vous ne pouvez pas y poster.